LA BACTÉRIE  
 
Accueil
 
LA BACTÉRIE
 
LES SOLUTIONS
 
DRAIN FRANÇAIS
 
Puit Québecois
 
NOS SERVICES
 
GARANTIE
 
Contact
 
Ressources

Les bactéries du fer et les formations biologiques.

 


La bactérie mangeuse de fer appartient au groupe des bactéries filamenteuses engainées ( i.e. les Sphaerotilus, Leptothrix, Haliscomenobacter et les Gallionella); en se multipliant, elles forment une gaine mobile qui se fixe aux solides. Ces gaines sont imprégnées de fer ou de manganèse et sont composées de protéines, de polysaccharides et de lipides formant ainsi une masse gélatineuse capable d'obstruer les drains fondation.

 


Photos grossies 400X

 

 

  • L’OCRE FERREUX

     

    Règle générale, les bactéries et les formations biologiques sont désignées soit par l’Ocre ferreuse ou l’Ocre ferreux en raison de la couleur du sol.

    L’ocre ferreux : un déterminant de couleur provenant de l’oxydation du fer.

     

    Les différentes teintes sont dues à la composition du sol et non aux bactéries. Les dépôts d’oxyde (manganèse) donnent une couleur, du rouge ocre au noir; cela est dû aux types de métaux oxydés de même que pour les particules organiques où ces dépôts peuvent se présenter sous forme d’une boue plus ou moins soluble à l’eau sans pour autant révéler la présence des ferrobactéries.

     

     

  • Les bactéries nuisent assurément. Vrai ou Faux?

     

    Un drain de fondation où circule de l’eau à l’occasion et qui s’assèche suffisamment entre les arrivées d’eau, n’est pas propice à la formation de biomasse en son sein. Il ne sera pas non plus affecté par des bactéries nuisibles ou par une formation biologique que l’on peut trouver dans le sol avoisinant.

     

    Les conditions favorables au développement d’une biomasse biologique par des bactéries ou des algues et même la présence des champignons dans le drainage de fondation, se présentent comme suit :

    un milieu non exposé à la lumière, une humidité élevée jusqu’à la circulation de l’eau et un espace dégagé (en référence ici à la pierre concassée entourant le drain de fondation) où peut alors se former une biomasse de consistance plus ou moins gélatineuse.

     

    De plus, les conditions chimiques de l’eau influencent le comportement des bactéries.

     

     

     

  • Les bactéries et l’eau.

     

    Un drainage bien installé et fonctionnel peut fournir une protection adéquate même s’il reçoit de l’eau en permanence; cela à condition que la fondation ne soit pas affligée par d’autres problèmes.

     

    Aux prises avec une formation biologique, le drainage sera affecté sur une période plus ou moins longue. Les micro-organismes qui nuisent au drainage de fondation ont besoin d’eau en quantité suffisante pour assurer leur survie et leur développement.

     

    Il arrive que les micro-organismes ne forment pas de biomasse (la biomasse étant une formation gluante observée sous la forme d’une pâte biologique gélatineuse plus ou moins consistante et qui retarde l’écoulement dans le drainage).

     

    Une biomasse peut se constituer là où l’eau entretient des conditions favorables au développement biologique.

    À cela, peut s’ajouter l’action de l’érosion par l’eau.

    Celle-ci exerce une action de lessivage plus ou moins importante selon le type de sol. La particule (le lixiviat) transportée par l’eau va de la particule soluble dans l’eau à une boue (incluant même le sable).

     

     

     

    Avec les bactéries, ces particules seront retenues sous la forme d’un lit de boue biologique (biomasse) retenant au passage le lixiviat. Si le drainage est bien installé, l’évolution se fait par couches successives et la boue accumulée lui conférera une plus ou moins grande capacité pour ralentir l’eau au passage.

     

     

    Les signes de colmatage d’un drain ne se manifestent pas aux premiers jours; ils apparaissent graduellement selon les conditions globales, les bactéries et la sédimentation accumulées. Ainsi un drainage dans lequel s’installent les bactéries, peut mettre des mois, voire des années, à s’obstruer.

     

     

    Une fois le drain d’évacuation recouvert par une biomasse, la circulation de l’eau sera ralentie au point de créer une forte élévation d’eau au pourtour de la fondation. Elle peut ainsi causer par l’effet de vase communicant, des infiltrations d’eau qui s’immiscent par les fentes et les côtés de la dalle de béton.

     

     

Il y a souvent surprise et confusion quand l’eau s’infiltre malgré le fait que le drain semble bien fonctionner visuellement!

 N’oublions pas que dans la réalité, l’eau est ralentie (réfrénée) et non arrêtée (ou contenue) par les bactéries.


 

© 2020